mardi, juillet 29, 2008

[Down Under 2008] Day 6: Going to "down under" with the new Airbus A380

La totalité de mes photos prises en Inde se trouvent Ici.

Dimanche 13 juillet
-----------------------
La nuit fut courte. Plusieurs personnes de notre groupe profitèrent de notre dernière soirée en Inde pour discuter et jouer aux cartes. Vers 7h30, après un petit-déjeuner rapide, nous nous sommes tous rassemblés dans la cour principale d'AICUF, le groupe au complet avec les 15 indiens nous accompagnant durant le voyage. Vers 8h, nous sommes finalement parti en direction de l'aéroport de Chennai. Arrivé sur place, après une bonne heure de bus (à cause du trafic évidemment), je fus surpris de constater que l'accès à l'intérieur de l'aéroport est réservé aux voyageurs seulement. Les gens accompagnant les voyageurs doivent payer 60 roupies (environ 1 euro) pour pouvoir entrer à l'intérieur ! Business is business ! Pour aller à Sydney, notre itinéraire de vol était Chennai->Sydney via Singapour avec Singapore Airlines.

Une fois entrés à l'aéroport, nous avons dû faire scanner nos bagages avant de procéder à l'enregistrement pour notre vol vers Singapour. En parlant d'enregistrement, il fut sans aucun doute le plus long de ma vie que j'ai vu jusqu'à maintenant. Comme je l'ai déjà mentionné précédemment, en Inde, on ne travaille pas à la même vitesse qu'en occident. Au total, cela pris presque 2 heures à procéder à l'enregistrement de la totalité de notre groupe dont presque 30 min. pour moi seulement ! En effet, comme vous le savez sans doute, je possède 2 passeports. Pour ce voyage, mon visa indien était dans mon passeport Suisse et mon ETA (visa électronique) Australien dans mon passeport Canadien. Mon enregistrement pris beaucoup de temps car le préposé au comptoir mis 10 ou 15 min pour se rendre compte de cette particularité qui m'est propre. De plus, pendant qu'il me servait, il me mettait parfois en attente pour aller s'occuper de l'enregistrement de d'autres clients. Finalement, le temps de passer les douanes de sortie, l'heure de l'embarquement était proche si bien que je n'ai pas eu le temps d'aller essayer le lounge Star Alliance de l'aéroport. Néanmoins, avant mon départ, j'ai finalement réussi à trouver dans une librairie un livre en anglais sur le Kama-Sutra indien (un peu cher par contre...40 euros !).

Notre vol pour Singapore parti vers 11h30. Ce voyage confirma ce que je pensais déjà de Singapore Airlines: qualité de service exceptionnel, même pour la classe économique, avec un qualité de nourriture très satisfaisante, un choix important de divertissements (j'ai même pu jouer sur mon écran de siège à Zelda III sur Super Nintendo) et un personnel de cabine relativement jeune (rien à voir avec les vols Paris-Montréal d'Air Canada). Bref, il s'agit définitivement d'une des meilleures compagnies aériennes au monde. Durant le vol, j'ai pu découvrir le fameux Singapore Sling qui fut inventé vers le début du XXè siècle dans un hôtel à Singapour. Arrivé à Singapour un peu plus de 4 heures plus tard, il était déjà 18 h en heure locale (il y a 2h30 de différence l'été avec Chennai). Sergio et moi avons passé un peu de temps dans le lounge Silver Kris de Singapore Airlines (avec un choix de riz, de nouilles accompagnées de boeuf, la qualité du lounge était remarquable). J'ai eu le temps aussi de me promener un peu à travers l'immense terminal 3 de l'aéroport de Singapour: imaginez un couloir principal faisant facilement 2 km de longueur avec des boutiques à tous les 10 ou 15 mètres ! Bienvenue à Singapour...le "Dubaï" de l'Asie (et où le chewing-gum est strictement interdit !). Je me suis rapidement rendu compte qu'ici, les gens sont très commerçants: si vous achetez un truc dans une boutique, on essayera toujours de faire grossir la vente en vous faisant croire que l'on vous fait un deal. Par exemple, lorsque j'ai acheté ma bouteille de Singapore Sling dans une boutique, la vendeuse essaya de m'inciter à en acheter une 2è en prétendant que je ferais sûrement des heureux dans mon entourage.

Vers 19h30, c'était l'heure de l'embarquement pour le vol pour Sydney. En passant le contrôle de sécurité (rayons-X), je me suis rendu compte comment ici, ils ne rigolent pas avec la sécurité: les paniers dans lequels vous déposez vos objets personnels devant être scannés sont numérotés. On vous donne un numéro que vous devez présenter pour récupérer vos affaires après avoir passé le détecteur de métal (cela empêche évidemment les vols éventuels...). De plus, le détecteur de métal consistait en une cabine géante dans laquelle vous passez et un scanner passe automatiquement autour de vous circulairement pour voir si vous avez des objets de métal sur vous. Dans la file d'attente de l'embarquement, j'ai eu la chance de faire la connaissance d'un groupe d'espagnols se rendant eux-aussi à Sydney pour les JMJ.

Certaines personnes seront peut-être jalouses mais ce vol entre Singapour et Sydney fut effectué avec le nouvel Airbus A380 qui est actuellement le plus gros avion au monde. Au niveau de la classe économique, elle était séparée en 2 couloirs principaux sur 2 étages. Il y a tellement d'espace que même nos sièges étaient plus larges qu'une classe économique standard. De plus, au 1er étage, à l'avant de l'avion, un espace est réservé pour les suites qui sont tout simplement des cabines (des chambres avec un lit, une table, une chaise et un écran de télé...un "appartement volant" !). Quant aux divertissements, il y avait un choix de plus de 40 films en vidéo sur demande sans compter les nombreux jeux, chaînes musicales et émission de télé disponibles. Une fontaine d'eau était aussi accessible près des cuisines.

Un peu plus de 7 heures plus tard, à 6h du matin (le lundi 14) heure locale (il y a 2 heures de différence avec Singapour), nous sommes enfin arrivés à notre destination finale à Sydney, Australie. Je fus surpris par l'atterrissage plutôt raide du A380 (le choc des pneus sur la piste était énorme). L'immigration à peine déjà passée (et nos bagages récupérés), nous avons eu le droit à une fouille en règle de nos bagages avec le chien des douanes (il faut dire qu'un groupe de 65 personnes se baladant avec un drapeau français (merci David !) n'est pas très discret...). Heureusement, la douanière fut très chaleureuse. Elle nous a même mentionné qu'elle avait quelqu'un dans sa famille qui était originaire de France.

Reportage de cette journée produit par Guillaume (à noter que les images de la 1ère partie du reportage proviennent du vol Francfort->Chennai et non pas Chennai->Singapour comme il est mentionné):


Vue sur la cour principale d'AICUF le jour de notre départ:
video

Décollage en Airbus A380:
video

Promenade dans l'Airbus A380:
video

dimanche, juillet 27, 2008

[Down Under 2008] Day 5: Last night in Chennai

Samedi 12 juillet
----------------------
Comme il y a 2 nuits, la nuit dernière fut un peu plus difficile dû au retour des moustiques indiens (décidément...). Le thème de cette dernière journée en Inde était la culture indienne. Le programme de la journée commença par une petite conférence donnée par une députée indienne qui était venue nous rendre visite. Avec la présence d'un garde du corps et de la police, il va s'en dire que le dispositif de sécurité était relativement important (pour une députée). Son discours s'est articulé principalement sur la situation politique en Inde et les rôles des députés.

Vers midi, nous sommes partis vers le mont ST-Thomas qui est situé à environ 30 min (en théorie) en banlieue de Chennai. Cette colline (elle ne fait que 100 m d'altitude) est célèbre car c'est ici, dit-on, que l'apôtre St-Thomas fut assassiné en 72 après J.C. Notre trajet jusqu'à destination pris finalement un peu plus d'une heure; principalement dû au trafic (évidemment...) et aussi à une erreur de conduite de notre chauffeur de bus. En effet, seulement quelques kilomètres avant l'arrivée, notre chauffeur s'est trompé de chemin et, en voulant faire un virage de retour, il a renversé une femme en scooter qui, heureusement, n'a pas eu de blessures majeures.

Malgré sa faible altitude, le mont St-Thomas donne une belle vue sur la région de Chennai et une vue directe sur le tarmac de l'aéroport qui est situé à proximité. À son sommet, on y trouve une église, construite en 1523 par les Portugais. Nous y avons célébré une messe avant de prendre une photo du groupe avec les 15 indiens qui ont voyagé avec nous jusqu'à Sydney.

Vers 14h, nous sommes repartis vers le centre-ville où le bus nous a déposé près d'un centre commercial afin de nous donner la possibilité de faire un peu de magasinage en ce dernier jour de notre séjour en Inde. Malheureusement, le retard sur notre horaire qui était initialement prévu et notre "obligation" d'être à AICUF à 17h (c'est ce que Laurent nous avait dit) nous donnait un peu moins de 2h pour magasiner (ce qui est très peu). En ce qui me concerne, mes intentions d'achats étaient, éventuellement, un laptop Sony VAIO (plusieurs indiens m'avaient déjà confirmé qu'un bon laptop en Inde peut se vendre pour à peine 700 euros) et un livre sur le Kama-Sutra (qui bien sûr est originaire de l'Inde). Avec Sergio et Moses, je me suis promené un peu dans le centre commercial. Malheureusement, nous nous sommes rapidement rendu compte que cette artère commerciale ne possédait pas de vrais magasins d'électroniques et encore moins de bonnes librairies. On nous avait indiqué quelques bonnes adresses à proximité mais les rues plus que bondées de personnes nous découragèrent rapidement dans nos recherches. De plus, le magasin officiel Sony était à plus de 30 min de notre localisation.

De retour à AICUF vers 17h, nous nous sommes rapidement rendus compte que nous avions un temps libre et que la contrainte de temps (le rendez-vous à 17h) qu'on nous avait indiqué n'était pas fondée. Évidemment, avoir su, nous serions restés plus longtemps à magasiner. Encore une fois, on subissait les conséquences du manque total d'organisation de Laurent. N'ayant aucune idée de la suite du programme de la soirée, Sergio, Moses et moi avons décidés d'aller souper dans un restaurant situé à proximité. Il s'agissait d'un restaurant mélangé fast-food et plats italiens avec, comme nom de chaque plat, un nom d'artiste connu. Comme boissons, il n'y avait pas de boissons alcoolisées et Moses m'expliqua qu'en Inde, le prix des licences d'alcools est asser élevé si bien que rares sont les restaurant vendant des boissons alcoolisées.

Vers 19h, à AICUF, nous avons eu le droit à une soirée culturelle. Il s'agissait d'une série de spectacles présentés par des Indiens, des Tibétains ou des Bengladeshis afin de souligner notre dernière soirée en Inde.

Vers 20h, la soirée se termina. Le souper fut servi et la soirée se poursuivi par quelques discussions et la préparation de nos bagages en vue de notre départ pour Sydney, via Singapour.

Reportage de cette journée produit par Guillaume (contrairement à ce qu'il est dit dans le reportage, la messe avec l'archevêque a eu lieu le vendredi matin et la soirée dansante le jeudi soir...le reportage est donc un mélange de plusieurs journées):


Vidéo avec Lloyd, Moses et Bruno en descendant du mont St-Thomas. Les références au "bookstore" sont évidemment en lien avec le livre Kama-Sutra dont je souhaitais acheter:
video

[Down Under 2008] Day 4: Meeting with indians students and discover Chennai by night

Vendredi 11 juillet
------------------------
La nuit de jeudi à vendredi a mieux été que la précédente. J'ai bien dormi et les moustiques indiens se sont tenus tranquilles. Le thème d'aujourd'hui était la réalité de la jeunesse indienne. Le programme de la journée a démarré avec une conférence donnée par un professeur du collège Loyola (l'université qui est à proximité d'AICUF) sur la situation des jeunes en Inde. Durant la conférence, quelques chiffres clés nous ont été donnés: En Inde, il y a 300 millions de personnes qui vivent en dessous du seuil de la pauvreté; 350 millions sont analphabètes; 750 millions n'ont pas accès à une hygiène adéquate et, enfin, 50 % des enfants sont en sous-nutrition. Ces chiffres font beaucoup réfléchir...

Plus tard en matinée, après une petite pause, nous avons eu le droit à une messe dans la salle communautaire présidée tout simplement par l'archevêque de Chennai ! Après le dîner, en début d'après-midi, nous nous sommes divisés en sous-groupes afin d'aller à la rencontre de jeunes étudiants indiens dans diverses universités de la ville (collège Loyola, collège de femmes, collège musulman...). En ce qui me concerne, je suis allé visité le fameux collège Loyola (dont je vous ai déjà parlé dans mes articles précédents) qui est une université très réputée dans Chennai. Pendant environ un peu plus de 2h, nous avons eu l'occasion de visiter quelques bâtiments et locaux de l'université et échanger également avec quelques étudiants indiens sur leurs objectifs d'avenir, leurs ambitions, leurs préoccupations...L'échange fut très sympathique bien que les indiens rencontrés étaient assez réservés et timides.

Plus tard, de retour à AICUF, nous étions supposé (selon l'horaire) de faire un bilan en groupe de notre journée...bilan qui n'eut jamais lieu (organisation déficiente ??). À la place, nous avons eu un temps libre et certains d'entre-nous en profitèrent pour faire quelques parties de volleyball.

Notre soirée était aussi un temps libre pour nous donner le temps de profiter de découvrir Chennai "by-night" (surtout que, lors de la soirée précédente, nos plans de sortie avaient échoués). Sur les conseils de quelques indiens, nous avons donc été au "Platinum Bar" qui est une discothèque jouxtant un hôtel situé à proximité d'AICUF. Comme je l'ai mentionné dans mon précédent article, Chennai n'est pas une ville où il y a un vrai night life. Les heures d'ouvertures des bars sont aux alentours de 20h-23h30 ! Étant en Inde et, considérant ce contexte, je pensais que la politique du dress code à l'entrée des bars ne s'appliquait pas ici. Nous étions donc une bonne quinzaine à se présenter au Platinum avec certains, dont moi, habillés en tenue d'été. Contrairement à toute attente, les doormans ont essayé de nous refouler à la porte à cause de notre tenue. Mais, grâce à notre fort nombre de personnes (composé majoritairement de filles), nous avons réussi à entrer.

Évidemment, je ne vous apprendrai rien en disant que, pour nous les occidentaux, l'Inde n'est pas chère...750 ml de bière nous revenait à 2 euros environ ! Même en discothèque, j'ai eu le droit à certains chocs culturels: Un agent de sécurité se tenait au milieu de la piste de danse et il était interdit de:
- danser avec une consommation dans les mains
- prendre des photos sur la piste de danse (what the f** ???)
- danser sur la piste avec nos tenues d'été (mais, après discussions avec le gérant, le droit nous a été accordé).

Autre pays, autre culture. De plus, a part les filles de notre groupe, il n'y avait que 2 femmes dans toute la discothèque malgré la présence d'un ladies night. Cependant, Moses et Loyd (2 indiens qui étaient avec nous) m'ont confirmé que ces règles semblent-plus être typiques du sud de l'inde qui semble être beaucoup plus conservateur que le nord. Les autres grandes villes en Inde comme Bombay ou Delhi n'ont pas ce genre de règlements et possèdent un vrai night life.

Nous sommes donc retournés à AICUF vers 23h où la soirée se poursuivi autours de certaines discussions.

Reportage de cette journée produit par Guillaume (à noter que j'apparaît un peu buzzé dans le reportage..c'est la chaleur écrasante indienne qui me donna cet effet là) :



samedi, juillet 26, 2008

[Down Under 2008] Day 3: Marching with the marginalised and traffic jam in Chennai

Jeudi 10 juillet
--------------------
La nuit fut beaucoup plus difficile que la précédente. En effet, cette nuit, les moustiques étaient très présents si bien que Guillaume, Sergio et moi, nous nous sommes réveillés vers 3h30 du matin et, en ce qui me concerne, le temps pour m'endormir à nouveau fut assez long. Finalement, je me suis réveillé vers 9h15...ce qui était assez tard car le programme de la journée commençait vers 9h30. J'ai eu à peine le temps de prendre mon petit-déjeuner que la journée débuta. Le thème d'aujourd'hui était les exclus ("marching with the marginalised"). Marching with the marginalised est aussi le slogan d'AICUF qui est affiché sur un des murs de la salle communautaire.

Le programme commença par une session de conférences données dans la salle commune avec divers invités. Pour commencer, nous avons eu le droit à un témoignage d'un indien issu des "tribes" (i.e. les tribus arborigènes peuplant l'Inde) nous parlant de la réalité de son peuple qui se fait exclure de la société indienne. Par la suite, une femme nous donna une conférence sur l'exclusion de femmes dans le monde (son discours était beaucoup trop subjectif et trop axé sur la promotion du féminisme...sans commentaires). La matinée se continua par une conférence donnée par un indien issus des Dalits (basse caste) qui est venu nous parler de la réalité des castes en Inde qui créent volontairement une exclusion dans la société indienne. Enfin, 2 réfugiés tibétains sont venus témoigner de leur réalité et de la difficulté d'intégration des étrangers en Inde.

Après une petite pause, la journée s'est poursuivi avec une discussion commune sur la série des conférences que nous avions écoutées le matin. Après le dîner, en début d'après-midi, plusieurs groupes se sont formés afin de partir à la rencontre des exclus dans la ville. Parmi les lieux proposés, il y avait, entre-autres, la visite d'un bidonville, la visite d'un orphelinat, d'un centre pour personnes âgées, d'un centre pour sans-abris et d'un centre pour déficients mentaux ou pour handicapés physiques. En ce qui me concerne, Sergio et moi avons choisi de s'intégrer au groupe partant à la visite d'un orphelinat. Accompagné d'une indienne (qui est enseignante à l'université qui est située à proximité d'AICUF), nous sommes donc parti vers 14h en direction d'un orphelinat pour jeunes filles qui est situé dans un des bidonvilles de Chennai. Pour y aller, nous avons eu la chance d'expérimenter les taxis indiens: imaginez une sorte de moto géante à 3 roues supportée par une cabine pour les passagers et le conducteur. Le tout se démarre avec une corde telle une tondeuse à gaz. Contrairement à Paris, peut importe où vous êtes en ville, vous êtes sûr de trouver des taxis à proximité. Inde oblige, avant de prendre un taxi, il faut négocier la course avec le conducteur...business is business ! Pour une course de moins de 10 km, au delà de 100 roupies (1,50 euros) c'est de l'arnaque totale ! Avant de partir donc, notre guide indienne a dû évidemment négocier avec chaque chauffeur de taxi car, évidemment avec nos looks touristes, les chauffeurs essayaient d'augmenter le tarif. Notre promenade en taxi nous a permis de bien découvrir les réalités du trafic dans Chennai.

Un peu moins d'une demi-heure plus tard, nous sommes arrivés à l'orphelinat. Il s'agit d'un établissement créé au début des années 2000 par une soeur franciscaine dont le but est de prendre en charge les jeunes filles issues du bidonville à proximité. Ces filles ne sont pas nécessairement toutes orphelines: certaines ont encore 1 des 2 parents et d'autres sont tout simplement issues de familles brisées. Nous avons pu échanger pendant 30 min environ avec les soeurs habitant en ces lieux avant l'arrivée des filles qui revenaient de leur journée d'école. Pendant un peu de moins de 2 heures, nous avons discuté avec les filles et nous avons eu le droit également à quelques spectacles musicaux. Ce que je retiens surtout de cette expérience est le sourire de ces enfants. De plus, certaines d'entres-elles arrivent à très bien exceller à l'école malgré leur situation familiale qui n'est guère rose.

Vers 17h, avant de repartir, nous avons visité une église à proximité qui est très belle pour son architecture.

De retour à AICUF, vers 18h, nous étions supposé (selon l'horaire) de faire un bilan en groupe de notre journée...bilan qui n'eut jamais lieu. À la place, nous avons eu un temps libre et il y a eu une messe à 19h avant le souper.

En début de soirée, dans la salle communautaire, nous avons eu le droit à une présentation des 15 indiens qui nous ont accompagnés par la suite durant notre séjour en Australie. Nous avons eu le droit à certaines danses et chansons folkloriques indiennes et, en contrepartie, nous leur avons présenté un vidéo (tourné par quelques personnes de notre groupe) sur la France.

En fin de soirée, certaines personnes suggérèrent l'idée de découvrir Chennai "by night". Un des responsables d'AICUF nous déconseilla une telle idée car, selon lui, Chennai n'est pas une ville qui possède une bonne vie nocturne et il est parfois risqué de se promener la nuit dans la ville car la police est, semble-t-il, corrompue. Néanmoins, une douzaine de personnes du groupe, dont moi, avons quand même décidé de tenter de trouver un bar ou une discothèque à proximité. Sur notre chemin, nous sommes tombés par hasard sur un des indiens habitant AICUF qui accepta de nous diriger dans la ville. Finalement, nous avons bien trouvé un bar et une discothèque à proximité mais ils étaient fermés (à Chennai, les bars ferment à 23h30 ! Chennai n'est pas une ville où l'on vit la nuit). Nous sommes donc retournés à AICUF pour aller dormir.

Reportage de cette journée produit par Guillaume (en ce qui le concerne, il a visité un bidonville en après-midi):


En taxi, en route vers l'orphelinat:
video

Sur le chemin du retour, vue sur le trafic de Chennai
video

Sur le chemin du retour, en taxi
video

Autre vue sur le trafic de Chennai devant les bureaux d'AICUF
video

[Down Under 2008] Day 2: First contact with Chennai

Mercredi 9 juillet
----------------------
Chennai est réputée, entre autres, pour sa présence fortement importante de moustiques.
En ce qui me concerne, la nuit dernière, ces derniers ont été très tranquilles puisqu'en me levant le matin, aucune piqûre n'était apparente. Vers la fin de la nuit, vers 5h du matin, la seconde moitié de notre groupe (ceux qui font le séjour long) sont arrivés à AICUF après un vol Paris-Chennai via Bombay.

Dès mon lever, j'ai eu l'occasion d'expérimenter certains "chocs culturels". Dans la salle des douches, il n'y avais pas de douches (i.e. douche constituée avec un tuyau comme ce que l'on est habitué en occident). Dans chaque cabine de douche, cette dernière consistait en un robinet et 2 seaux d'eau qui étaient utilisés pour se laver. Personnellement, cela ne m'a pas vraiment choqué car j'avais déjà vu ce système là dans un film Thaïlandais. Par la suite, j'ai été prendre mon petit-déjeuner. À quoi ressemble les petit-déj indiens ? Premièrement, il y avait des Dhosai, sortes de crêpes fabriquées à partir de farines de lentilles et de riz. Il y a aussi parfois un bouillon de curry aux légumes et/ou un bouillon de noix de coco relevé de piments, de feuilles de curry, et de graines de pavot. J'ai eu la chance d'expérimenter aussi le Masala chai qui est un thé bouilli dans du lait avec du sucre, de la cardamone, du gingembre, des clous de girofle, de la noix de muscade et de la cannelle. Bien entendu, nos hôtes nous avaient prévu de la confiture à disposition mais aussi quelques sauces épicées pour accompagner le tout.

Par la suite, avant le début de notre programme de la journée, j'ai eu la chance de faire connaissance avec quelques indiens qui nous ont accompagnés durant notre périple en Australie. Ils venaient de diverses régions de l'Inde et, comme nous, découvraient (pour la plupart) pour la première fois la région de Chennai. Dans notre itinéraire, nous avions prévus que 15 d'entres-eux nous accompagnent jusqu'à Sydney. Vers 11h, notre programme de la journée commença par une cérémonie d'accueil de la part d'AICUF selon la tradition indienne: chacun d'entre nous recevait un collier de fleurs de jasmin (cette fleur est très répandue en Inde pour décorer..beaucoup de femmes en portent dans leurs cheveux) et aussi un symbole décoratif à base d'huile dans le front. Dans la salle communautaire, par la suite, nous avons eu le droit à quelques allocutions officielles et une présentation de la mission principale d'AICUF qui consiste en l'insertion dans la société des personnes issues des castes basses (Dalits ou intouchables). Il s'agit également d'un établissement dirigé par des pères jésuites dans lesquels des indiens étudiants sont hébergés. Nous avons eu le droit à une présentation générale de la société indienne, son contexte politico-social et aussi religieux. Pour nous 4 jours en Inde, un thème particulier était visé pour chaque jour: La religion en Inde, les exclus, les jeunes et, enfin, la culture indienne.

Par la suite, nous avons eu le droit à notre premier dîner (déjeuner) indien: En Inde, les repas se composent très souvent de riz, de viande (on avait du poulet) et certains autres plats à base de légumes et de produits laitiers. Fait intéressant, il est courant de manger avec sa main droite (il y avait quand même des ustensiles mais uniquement des cuillères et des fourchettes).

Le thème d'aujourd'hui était la religion. En début d'après-midi, nous sommes donc parti à la découverte de Chennai, qui est la 4è plus grande ville d'Inde avec une population de près de 8 millions d'habitants. Premières réactions: ici, les gens circulent très majoritairement en moto et presqu'à chaque seconde, on peut entendre des klaxons (ici les klaxons sont utilisés pour donner signaler sa position et non pas nécessairement pour alerter un conducteur de sa faute). Évidemment, je ne vous apprendrai rien en vous disant que le trafic urbain est impressionnant. Un des indiens qui voyageait avec nous m'a même informé qu'à Bombay, si, par exemple, vous êtes au centre-ville et que vous devez vous rendre à l'aéroport vers, disons, 17h, il faudra prévoir une marge de 3 ou 4 heures d'avance pour pouvoir vous rendre à destination sans manquer l'avion.

Notre premier arrêt dans Chennai fut une mosquée que nous avons visités. Coutumes obligent, il fallait évidemment se déchausser et les hommes ne devaient entrer en même temps que les femmes. Dans cette région, on compte environ 2500 musulmans. Par la suite, nous avons visités un temps Hindou. Il fallait aussi se déchausser mais l'entrée usuelle du temple était environ à 500 mêtres de l'entrée officielle (qui était fermée) si bien qu'on a du marcher près d'un demi-kilomètre dans les rues en chaussettes ou pieds-nu.

Par la suite, en fin d'après-midi, nous nous sommes arrêtés à la Cathédrale St-Thomas où nous avons visité la crypte qui est composée d'une chapelle construite directement sur le tombeau de St-Thomas (hé oui, c'est ici que l'un des apôtres du Christ fut enterré). Encore une fois, il fallait se déchausser (pour visiter une église chrétienne, il est clair que ce geste est inhabituel pour les occidentaux).

Avec St-Jacques de Compostelle (Espagne) et la basilique St-Pierre (Rome), Chennai est la seule autre ville dans le monde qui possède une église construite sur le tombe d'un des apôtres du Christ. Après avoir célébré une messe dans la chapelle, nous sommes montés au niveau de la Cathédrale pour une visite et, hasard des choses, nous sommes arrivés à la fin d'un mariage indien. Étonnamment, non seulement les mariés se sont laissés prendre en photos par notre groupe mais ils ont aussi demandé de se faire prendre en photo avec quelques membres de notre groupe (les indiens sont accueillants...c'est cool).

En fin de journée, nous avons passés quelques temps à Marina Beach qui est une des plus grandes plages du monde. Cette plage fut touchée par le tsunami de 2004 faisant 206 morts.

En début de soirée, de retour à AICUF, nous avons soupé et le reste de la soirée fut en temps libre. Il faut dire que, pour la seconde moitié de notre groupe qui était arrivé en Inde à l'aube, ils avaient besoin d'un bon sommeil réparateur. En ce qui me concerne, j'ai eu l'occasion de faire connaissance avec Llyod et Moses, 2 indiens provenant de Mangalore et Delhi.

Reportage de cette journée produit par Guillaume:



Vidéo des rues de Chennai:
video

Vidéo de Marina Beach - Part I
video

Vidéo de Marina Beach - Part II
video

vendredi, juillet 25, 2008

Je suis sur Daily Motion

Comme je l'ai mentionné dans mon article précédent, Guillaume, un journaliste de la chaîne française KTO nous a accompagné au cours de ce voyage afin de produire des résumés quotidiens de notre séjour. L'ensemble des reportages se trouve ici. Jamais je n'aurai pensé d'avoir la chance de passer à la télé française. Ces vidéos ont été aussi envoyées par des personnes sur le site Daily Motion.

jeudi, juillet 24, 2008

[Down Under 2008] Day 1: First night in Asia

Me voici de retour d'un voyage de 2 sem en Australie/Inde (et aussi Singapour !). Contrairement à ce qui était prévu, je n'ai malheureusement pas eu vraiment le temps de donner de mes nouvelles en direct au cours de mon séjour. Néanmoins, je vais faire un résumé de mes 14 jours..chaque jour étant un article distinct. En ce qui concerne mes photos (plus de 800...) elles devraient être disponible au courant de ce week-end (j'espère bien...).

Comme je l'avais déjà mentionné dans un article précédent, mon voyage en Australie s'inscrivait dans le cadre des XXIIIè journées mondiales de la jeunesse. Il y a un peu plus de 6 mois, je m'étais inscrit au sein d'un groupe de Français se rattachant à la paroisse ST-Germain-des-prés à Paris. Nous étions 50 personnes divisés en 2 groupes: séjour court (retour en France le 23) et séjour long (retour en France le 4 août).

Mardi 8 juillet
--------------------
La nuit de lundi à mardi fut courte. En fait, lundi soir, comme presqu'à chaque lundi, j'ai passé la soirée au café Oz (bar australien) avec quelques amis. De retour chez moi vers minuit, je devais faire quelques trucs chez moi sans compter mes bagages à compléter. Résultat: j'ai réussi à dormir qu'environ 30 à 40 minutes. Diane, une des organisatrices du groupe nous avait donné rendez-vous vers 5h30 à l'aéroport de Roissy, soit environ 3 h (beaucoup trop tôt d'ailleurs...) avant le départ de notre vol pour Chennai (Inde), via Francfort.

Je suis donc parti vers 4h30 du matin en taxi..en s'arrêtant en chemin devant le logement de Sergio (un ami faisant parti aussi du voyage). Arrivés à l'aéroport vers 5h15, nous avons rejoins notre groupe de 25 personnes (séjour court..l'autre groupe étant sur un autre vol) après une longue attente, nous avons pu enfin procéder à l'enregistrement de nos bagages auprès d'un comptoir Lufthansa. Évidemment, étant arrivé un peu trop à l'avance à l'aéroport, le temps d'attente avant l'embarquement fut un peu long...d'autant plus que le salon Lufthansa à Roissy est fermé jusqu'à nouvel ordre (dû à certaines rénovations de l'aéroport). Durant cette attente, Guillaume, un journaliste de la chaîne KTO nous accompagnant tout au long de notre séjour, commença a préparer son premier reportage-résumé du jour.

Notre vol parti finalement vers 8h10. Arrivés à Francfort environ 1 heure plus tard, Sergio et moi, sommes allés vite fait dans le salon Lufthansa avant de prendre notre vol pour Chennai. Le vol était asser long (un peu plus de 8 heures). C'était la première fois de ma vie que je faisais un vol non-stop aussi long. Qualité de service, en avait le droit en classe éco. à des écrans dans chaque siège avec de la vidéo sur demande (mais les choix des films étaient moyens). Quant au service des repas, il était long (il va falloir qu'on m'explique la raison de la lenteur d'un service quand il y a facilement une dizaine d'hôtesse sur un Airbus A340) et la nourriture très moyenne.

Un peu avant minuit, heure locale (il y a 3h30 de différence avec Paris), nous sommes finalement arrivés à Chennai. Nous avons d'abord passé le service d'immigration (qui était très lent...il faut dire que pour entrer en Inde, un Visa est obligatoire. Néanmoins, j'ai compris au courant de mon séjour que les Indiens ne travaillent pas du tout à la même vitesse que les occidentaux). Par la suite, nous avons eu le droit à quelques "chocs culturels" avant de sortir de l'aéroport. Premièrement, avant de prendre ses bagages, il faut repasser ses bagages à main aux rayons-X. Ensuite, à la sortie des douanes, un douanier était armé d'une carabine (spécial pareil...). Enfin, la sortie de la zone des passagers donnent directement vers l'extérieur, dans la rue (contrairement aux autres aéroports dans le monde). À ce moment-là, le choc "thermique" fut terrible: il devait faire facilement plus de 30 degrés sans compter le facteur humidex ! Bienvenue en Inde...

Quelques gens d'AICUF (la fédération universitaire qui nous hébergeait en Inde) nous attendais à la sortie. Nous sommes partis vers le centre d'AICUF en bus. En chemin, j'ai pu discuter avec quelques indiens qui nous accompagnaient. Première différence culturelle majeure: pour acquiescer de ce que l'interlocuteur dit, les indiens dodelinent de la tête comme ce que nous, les occidentaux, feraient plutôt dans une situation pour exprimer une négation. Environ 1 heure plus tard (il ne faut pas oublier que circuler dans Chennai relève d'un véritable sport), nous sommes arrivés à l'emplacement d'AICUF. Il faisait toujours très chaud et dans notre chambre (on dormais sur un matelas de sol), les ventilateurs tournaient à plein régime.

Reportage de cette journée produit par Guillaume (vous remarquerez bien qu'il y a une erreur dans la vidéo ;)) :



mardi, juillet 08, 2008

C'mon ! Let's go to Down Under...



C'mon, let's go to Sydney, Australiaaaaaaaaa. C'est en effet, dans les prochaines heures que je partirai pour 2 sem, avec un groupe de 50 personnes, pour l'Australie dans le cadre des XXIIIè journées mondiales de la jeunesse. Notre première étape sera du 9 au 13 juillet en Inde, à Madras (Chennai) où nous serons logés au sein d'une campus universitaire dirigé par une association (AICUF) dont un des buts est de favoriser l'accès aux hautes études des gens issus de basses castes. Nous nous dirigerons par la suite vers Sydney, via Singapour, où nous devrions y être du 14 au 20 juillet. En espérant pouvoir vous donner de mes nouvelles fréquemment au courant de mon séjour....See you soon !

dimanche, juillet 06, 2008

Cowboys Fringants @ Paris

C'est aujourd'hui que les Cowboys Fringants étaient de passage à Paris, dans le cadre du festival Solidays (au profit de Solidarité Sida). Le temps d'une heure, ils nous ont fait encore vibrer et nous avons eu la chance d'entendre "Histoire de pêche" une nouvelle chanson de leur futur album. En ce qui me concerne, j'y étais avec quelques membres des Cousins Fringants et j'ai expérimenté à 2 reprises une séance de "body surfing". Ci-dessous les photos. Dans les 1ères, on peut voir Marie-Annick procéder au "check sound" de son violon avant le début du concert. À la fin, j'ai réussi à faire autographier un verre par chaque membre du groupe lors d'une séance d'autographes.
















vendredi, juillet 04, 2008

Je me suis fais suivre

Ce soir, sur mon chemin du retour, en revenant du travail, je me suis fais suivre pendant près d'une heure par un inconnu louche dans le métro et même dehors. Il ne s'agissait pas d'un hasard puisque même en me créant volontairement des détours, il continuait à me suivre. Que cherchait-il ? Sûrement une provocation pour pouvoir me casser la gueule ? Peut-être était-il armé ? Je n'en sais rien....

Paris "ça craint grave" parfois...

jeudi, juillet 03, 2008

Libération d'Ingrid Betancourt

La Colombie a annoncé mercredi la libération par l'armée de la sénatrice franco-colombienne Ingrid Betancourt et de trois otages américains aux mains des Farc.

Le ministre de la Défense Juan Manuel Santos a déclaré que tous les anciens otages étaient en relativement bonne santé après des années de détention dans la jungle. Onze militaires ou policiers ont également été libérés.

L'opération de sauvetage s'est déroulée mercredi dans la jungle de Guaviare, dans le sud du pays.

Cette nouvelle est un succès important pour le président colombien Alvaro Uribe, qui a fait de la lutte contre les Farc sa première priorité.

"C'était une opération sans précédent", s'est félicité le ministre de la Défense devant des journalistes. "Cela rentrera dans l'histoire par son audace et son efficacité."

Les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) retenaient une quarantaine d'otages de premier plan comme monnaie d'échange contre des centaines de militants emprisonnés.

Parmi eux, Ingrid Betancourt, candidate du parti Vert à l'élection présidentielle en Colombie, avait été capturée le 23 février 2002.

Une vidéo des Farc diffusée à la fin de l'an dernier l'avait montrée très amaigrie et déprimée.

"Je suis comblée de joie", a déclaré Astrid Betancourt, sa soeur, à l'annonce de sa libération. "Ce furent de longues années d'attente.

Dès son élection en mai 2007, le président français Nicolas Sarkozy avait fait de sa libération une de ses priorités affichées.

"Je voudrais remercier toutes les personnes impliquées, y compris le président Sarkozy", a déclaré Hervé Marot, porte-parole du comité de soutien.

Les trois otages américains travaillaient pour le département de la Défense et ont été capturés en 2003 après la chute de leur avion dans la jungle lors d'une opération de lutte contre les stupéfiants.

Les Farc, plus vieux mouvement rebelle d'Amérique du Sud, ont été repoussés dans des endroits isolés du pays et ne compteraient plus que 9.000 combattants contre 17.000 auparavant.

mercredi, juillet 02, 2008

De retour de Finlande

Les photos de mon week-end en Finlande se trouvent ici.

Jeudi 26 juin
------------------
En fin d'après-midi, après mon travail, je me suis rendu directement à Roissy afin de prendre mon vol en direction d'Helsinki. Comme la semaine précédente, parmi les billets les moins chers, j'avais trouvé Paris-Helsinki (via Francfort) avec un retour via Copenhague. Mon vol parti à l'heure (comme la semaine précédente) et, arrivé à Francfort, je me suis dirigé dans le lounge en attendant mon vol suivant. Dans ce dernier, hasard des choses, le match Espagne-Russie était retransmis en direct..ça m'a donc permis de regarder la première demi. Vers 22h30, mon vol parti en direction d'Helsinki et finalement je suis arrivé en Finlande à 1h30 heures locales (La Finlande est en avance d'une heure sur l'Allemagne). Helsinki étant à la latitude 60, le soleil était déjà couché mais il ne faisait pas complètement nuit. Pour aller à l'auberge de jeunesse (qui était d'ailleurs asser rustique en termes de confort), j'ai été dans l'obligation de prendre un taxi (il n'y avait plus de transport en commun à cette heure là). Résultat de la course: 35 euros avec un chauffeur ne parlant aucun mot d'anglais (heureusement que j'avais imprimé l'adresse de l'auberge sur google maps).

Vendredi 27 juin
------------------
Vendredi, dans la journée, je me suis promené un peu vers le centre-ville d'Helsinki tout en me dirigeant vers la gare centrale. Helsinki est une ville plus tranquille que ce que j'imaginais malgré ces 560 000 habitants. J'ai été étonné de rencontrer dans la rue plusieurs jeunes habillés en mode gothique ou en style "métalleux". Une finlandaise que j'ai vue au courant du week-end me confirma que ce style est très en vogue en Finlande. Vers 15h, je me suis dirigé vers la gare centrale afin de prend mon train pour Mikkeli (environ 2h30 au nord d'Helsinki). Arrivé vers 18h à la gare de Mikelli, Antoine est venu pour me chercher pour m'amener à son chalet à Päaskynniemi (situé à 20 minutes de la gare). Sa mère étant d'origine finlandaise, sa famille possède un super chalet dans ce secteur depuis des décennies. Le site était composé d'un chalet principal, d'un 2è chalet plus petit (qui servait autrefois comme sauna) ainsi que d'un sauna situé (évidemment) à coté d'un lac. Nous étions une bonne douzaine de personnes d'origine française, slovaque, allemande, finlandaise et canadienne. La soirée commença par quelques bières suivi immédiatement d'un séance de sauna. Il faut savoir qu'en Finlande, 71 % des résidences sont équipées d'un sauna..c'est une véritable religion. Un vrai sauna est constitué d'une cabane en bois chauffée par un poêle à bois. Une séance de sauna se déroule de la façon suivante:

- Vous entrez dans la 1ère pièce du cabanon qui se trouve être un vestiaire dans lequel vous enlevez vos vêtements pour votre mettre dans le plus simple appareil.

- Par la suite, vous entrez dans une antichambre, qui se trouve être une "salle d'eau", avant d'entrer dans le sauna en tant que tel.

- Vous vous asseyez sur un banc. Pour activer la sudation, vous pouvez vous fouettez le corps avec des bouquets de rameaux de bouleau (vihta).

- Le temps passe. Le thermomètre affiche les 90 degrés celsius. Trempé de sueur, une des personnes avec qui vous êtes vous suggère un löyly: elle prend une louche de bois rempli d'eau (parfois accompagnée d'un parfum) qu'elle jette sur les pierres brûlantes !

- Vous suffoquez...c'est maintenant l'heure du avantouinti: vous sortez dehors du sauna dans le plus simple appareil pour plonger tête première dans le lac..question de vous rafraîchir (en ce qui nous concerne l'eau du lac était à 18 degrés celsius).

Je tiens à préciser que les saunas sont mixtes, sans tabous mais cela ne signifie pas qu'il y a possibilité de propositions libidineuses.

Après le sauna, nous avons soupé et passé la soirée autours d'un bon feu de camp. Päaskynniemi étant à la latitude 61, encore une fois, il faisait jour jusqu'à minuit environ...et jamais complètement nuit (le soleil se levais vers 2h du matin).

Samedi 28 juin
--------------------
Vers midi, après un bon brunch, nous sommes partis en forêt pour une randonnée de 2 heures...question de découvrir la région. La végétation finlandaise ressemble beaucoup à celle qu'on peut retrouver parfois au Québec mais surtout dans l'Ouest canadien (beaucoup de forêts de conifères et de lacs). Par contre, la présence d'un sauna sur le bord d'un lac nous rappelle notre présence en Finlande. De retour de notre randonnée, nous avons continué l'après-midi par une séance de sauna suivi d'un souper avant de poursuivre une soirée arrosée autours d'un feu de camp.

Dimanche 29 juin
--------------------
En début d'après-midi, après le brunch, nous sommes allés sur l'autre rive du lac...certains en bateau et d'autres, comme moi, à la nage (la traversée totalisait 355 mètres). Par la suite, une autre séance de saune (encore) a été effectuée. En fin d'après-midi, plusieurs personnes de notre groupe nous quittèrent pour repartir en direction d'Helsinki. En soirée, il ne restait plus qu'Antoine, Igor et moi. Nous sommes allés dans un bar à Otava (village à proximité) afin d'écouter la finale de l'euro 2008 Espagne-Allemagne.

Lundi 30 juin
--------------------
Après un bon petit-déjeuner, Antoine m'amena à la gare de Mikkeli où j'ai pris mon train en direction d'Helsinki. Arrivé à Helsinki, vers 16h, je me suis dirigé en direction de l'aéroport pour prendre mon vol SAS en direction de Paris, via Copenhague. Pour quelques heures, j'ai donc pu être au Danemark, le temps d'une escale. Je suis arrivé à Paris vers 22h.

Bref, ce fut un week-end vraiment cool et relaxant en pleine nature finlandaise. Le seul point négatif que je pourrais dire est en ce qui concerne la barrière du langage. En effet, les Finlandais ne semble pas aussi à l'aise en anglais que d'autres pays comme la Suède. Mais bon, on arrive à se comprendre pareil ;)

Vidéo du lac:
video

Feu de camp samedi soir:
video

Prochain week-end: je reste à Paris (enfin !) après 4 week-ends consécutifs à sortir dehors de Paris...ca va me permettre de préparer mes baggages pour mon voyage en Australie qui débutera mardi prochain (hé oui, déjà...les JMJ commencent dans moins de 2 semaines). Et puis, il y a le Solidays avec les Cowboys Fringants qui seront de passage.

mardi, juillet 01, 2008

Vidéos de Kiruna

Quelques vidéos de mon séjour récent en Suède pour le soleil de minuit...

L'ancien site de l'hôtel de glace:
video

La rivière Torne
video


Jukkasjärvi @ 21h16
video


Jukkasjärvi @ 23h18
video


Jukkasjärvi @ 0h06
video


Jukkasjärvi @ 1h11
video


Chutes de Storfossen - Part I
video

Chutes de Storfossen - Part II
video