mardi, août 26, 2008

Le nombre de pays que j'ai visités...23 !

Avec mon dernier séjour en Asie/Océanie, le nombre de pays que j'ai visité s'élève maintenant à 23: Canada, États-Unis, Mexique, Haiti, Belgique, Allemagne, France, République Tchèque, Italie, Pays-Bas (4 fois), Espagne, Inde, Australie, Singapour, Suède, Finlande, Suisse, Hongrie, Irlande (2 fois), Portugal, Norvège, Islande et Grande-Bretagne ! Si l'on compte mon escale de quelques heures au Danemark (lors de mon vol de retour de Finlande), ce nombre s'élève à 24 !

Mon prochain pays ? Pour l'instant, rien n'est décidé...d'autant plus que mes plans de voyages pour les prochains mois seront sans doute Bruxelles (pour la fête de la bière), Munich (pour l'Oktoberfest) et Lisbonne.

De retour en France

Me voici de retour en France après un séjour de 10 jours passés au Canada. Comme prévu, je suis parti jeudi soir le 14 août en direction de Francfort pour y passer la nuit là bas. Dû à un fort achalandage (le 15 août étant un jour férié en France) ainsi qu'aux mauvaises indications des comptoirs d'enregistrements du terminal 2D de Roissy, j'ai passé proche de rater mon vol vers l'Allemagne (mon nom commençait à être annoncé dans l'aéroport...). Le lendemain matin, je suis parti vers Vancouver après une escale de quelques heures à Montréal. Pour une fois, je fus assez impressionné par la qualité du service d'Air Canada: en classe Affaires (je fus surclassé), les repas étaient nettement mieux présentés, un nouveau service de vaisselle est maintenant utilisé et le service des fromages est maintenant de nouveau de retour (sur les vols de jour) après 1 an d'absence.

Arrivé à Vancouver, vendredi soir le 15 août, j'ai eu la chance de souper en compagnie de Christine dans un restaurant de Sushi à Kitsilano (banlieue de Vancouver) qui est, selon certaines personnes, le meilleur restaurant Sushi de Vancouver ! Il faisait beau et chaud (près de 26 degrés) et semble-t-il que ce climat là perdure à Vancouver depuis 2 mois (contrairement au Québec qui a eu un été pourri). La journée de samedi fut assez tranquille car je devais commencer à réviser pour mon examen professionnel de l'OIQ.

Dimanche le 17, j'ai quitté Vancouver pour Montréal où je suis arrivé en fin d'après-midi. Évidemment, la semaine passa très vite car, en dehors de quelques visites à Montréal, Sherbrooke ou Québec, je devais consacrer du temps pour me préparer pour mon examen.

C'est finalement samedi le 23 août que j'ai passé cet examen dans les locaux de la "poly" (école polytechnique) à Montréal. L'examen n'étais pas facile mais pas trop difficile...il s'agissait simplement d'avoir bien étudié. Comme je l'ai déjà mentionné, la réussite de cet examen est un pas de plus dans mon changement de statut de ing. jr. à ing. La dernière étape sera de faire valider mon expérience (qui doit comporter 12 mois minimum au Canada).

Je suis finalement reparti vers Paris, via Francfort, dimanche soir...et c'est avec justesse que je fus surclassé. En effet, il ne restait qu'un siège de disponible en classe affaires (dont l'audio était défectueux mais, heureusement, un passager accepta de changer son siège avec le mien) et environ une quinzaine de sièges (soit presque la moitié de la classe affaires) étaient occupés par les proches d'un sultan d'Arabie Saoudite (tout le monde voyageait en Business y compris 5 ou 6 enfants en bas âge). Pour ma part, j'étais assis juste devant la grand-mère de la famille ! Une employée d'Air Canada (rencontrée durant mon vol Francfort-Paris) m'informa qu'ils avaient à eux seul enregistré 43 bagages totalisant plus de 7000 $ de frais d'excédents !

Mon prochain séjour au Québec sera évidemment pour le temps des fêtes, aux alentours du 27 décembre jusqu'au début de mois de janvier.

jeudi, août 14, 2008

Au Québec du 17 au 24 août

Hé oui, comme prévu, je serai de nouveau de passage au Québec, pour 1 semaine cette fois-ci, soit du 17 au 24 août. Je profiterai de mon séjour pour passer mon examen professionnel de l'OIQ auquel je me suis préparé depuis plusieurs mois déjà. La réussite de cet examen sera une étape de plus dans le cadre de mon passage du titre ing. jr à ing. Pour ce voyage, Paris-Vancouver étant pratiquement le même prix que Paris-Montréal, j'ai décidé de faire un petit saut à Vancouver avant mon arrivée au Québec. Cela me permettra, entre-autres, de revoir Christine. Mon vol sera donc Paris-Vancouver via Francfort et Montréal. Je pars dès ce soir pour dormir à Francfort avant de partir au Canada dès vendredi matin.

A bientôt...

mardi, août 12, 2008

L'arnaque des garanties

Comme je l'ai mentionné dans mon article précédent, mon appareil photo Canon (un Ixus 860) est tombé en panne lors de mon dernier jour de voyage en Australie (l'objectif ne rentrait plus et heureusement que ce problème n'est arrivé qu'au dernier jour du voyage).

Arrivé en France, je me suis présenté dans un centre de service après-vente Canon (à Courbevoie). Mon appareil étant sous garantie, ce dernier fut envoyé en réparation sans aucun problèmes. Un peu moins de 2 semaines plus tard, j'ai été informé que mon appareil était prêt et que je pouvais aller le chercher. Arrivé au centre, après une longue attente (la qualité du service laissait nettement à désirer), je prends enfin possession de mon appareil. Avant de partir, je le teste et je m'aperçois que le problème est toujours existant ! En gros, il n'avait pas été réparé. Le technicien vérifie ma commande et m'explique qu'il y a eu sans doute une erreur dans la commande lors de l'envoi de l'appareil dans un centre de réparation en Allemagne (what the f*** de l'avoir envoyé là bas...?!) et qu'il sera renvoyé de nouveau en réparation mais, cette fois-ci, dans un centre de réparation à Paris.

Quelques heures plus tard, une femme (avec une voix quelque peu désagréable) m'appelle pour m'expliquer qu'il est normal que mon appareil soit revenu non réparé car le technicien a trouvé du sable à l'intérieur et que, par conséquent, la garantie ne peut pas être appliqué. Je m'entends donc avec elle pour qu'on me fasse un devis.

Aujourd'hui, plus d'une semaine plus tard (c'est long à faire un devis ou quoi..?), j'ai enfin reçu ce fameux devis. Coût de la réparation: 188 euros...soit presque le prix d'achat d'un neuf sur le site Pixmania. À ce prix là, autant en acheter un neuf (c'est ce que je vais faire d'ailleurs). Et comme si ce n'étais pas déjà assez, si je veux récupérer mon appareil, il faudra payer 40 euros (si je le reçoit par la poste) ou 20 euros (si je vais le chercher en personne mais avec un bureau qui est ouvert que seulement 6 heures par jour en semaine seulement..c'est pas évident d'y aller). Si je ne veux rien payer, il faut demander la destruction de l'appareil !

Lors de mon séjour à Bondi Beach à Sydney, j'avais mis mon appareil sur une serviette de plage mais il était fermé. La seule explication que j'ai sur la présence du sable est le fait qu'il ventait beaucoup ce jour là...ce qui a dû contribuer à l'infiltration de ce dernier. Mais ce n'est pas comme si j'avais volontairement mis mon appareil dans une trappe de sable...et, peut-être, que la quantité de sable qui s'est infiltrée est minime. Il suffit qu'il y ait un seul grain de sable retrouvé pour que la société considère que la garantie n'est plus valide...de la belle arnaque !

Dans ce contexte, j'imagine qu'un voyage dans le Sahara est le meilleur moyen d'annuler votre garantie même si vous n'avez jamais mis volontairement votre appareil dans le sable ! Certes, on peut s'acheter un caisson étanche pour son appareil mais, dans le cas du modèle pour le canon ixus 860, ce dernier coûte plus cher que l'appareil en tant que tel. Bref, autant prendre des risques quitte à en acheter un neuf la prochaine fois...bel exemple pour encourager la société de consommation, n'est-ce pas ?

samedi, août 09, 2008

[Down Under 2008] Day 15: Last day in Asia

Mardi 22 juillet
---------------------
La nuit en Inde fut un un peu difficile car, en effet, qui dit Chennai dit moustiques ! Pour cette dernière journée en Asie, il n'y avait pas de programme officiel et il s'agissait tout simplement d'une journée libre pour nous. La plupart des indiens qui avaient voyagé avec nous repartirent dans leurs régions respectives dès le matin

Après le petit-déjeuner, certaines personnes de notre groupe partirent magasiner, d'autres partirent visiter des temples hindous...En ce qui concerne Moses, Sergio et moi, nous avions décidés d'aller voir Golden Beach, une plage en banlieue de Chennai. C'est donc sous une chaleur accablante que nous sommes partis. Pour y aller, nous avons devions prendre un taxi et, comme je l'ai déjà mentionné dans mes articles précédents, pour prendre un taxi en Inde, il faut d'abord négocier le prix. Golden Beach étant à plus de 30 km de Chennai, on nous proposait 300 roupies (environ 5 euros). Finalement, nous avons réussi à y aller pour 150 roupies. Arrivés sur place, nous pensions qu'il s'agissait simplement d'une plage mais, en réalité, c'était une plage appartenant à un mini-parc d'attractions. Pour pouvoir y aller, nous avons donc dû dépenser environ 100 roupies. Malheureusement, je n'ai pas pu prendre de photo car, au moment où j'ai tenté d'allumer mon appareil, un message d'erreur s'est affiché et le zoom ne rentrait plus dans l'appareil (heureusement qu'il est tombé en panne seulement à la fin de mon séjour).

La plage était quasiment déserte et les vagues assez fortes. La qualité de l'eau (couleur brunâtre) nous a finalement coupé l'envie de nous y baigner. Nous sommes donc retournés vers AICUF. En début d'après-midi, après avoir mangé dans un restaurant à proximité, je suis allé avec Moses, Sergio et un autre indien au showroom de Sony, situé à environ 30 min d'AICUF, pour voir les prix des laptops. Effectivement, il y avait quelques modèles récents de Sony Vaio à bons prix (environ 750 euros) mais le choix était plus limité que ce à quoi je m'attendais et, finalement, je n'ai rien acheté. Nous sommes donc retournés à AICUF.

Vers 20h, après avoir fait les adieux, l'ensemble de notre groupe parti en direction de l'aéroport de Chennai afin de prendre notre vol de retour vers Paris, via Francfort. L'enregistrement fut un peu plus rapide que celui de notre vol Chennai-Singapour-Sydney. Ce vol étant en overbooking, le personnel à l'enregistrement cherchait des personnes se portant volontaire pour différer éventuellement leur voyage moyennant un remboursement de 700 euros avec l'hébergement fourni à Chennai. Après quelques hésitations, Bruno et Isabelle se portèrent volontaire. En ce qui me concerne, j'avais prévu recommencer le travail dès le lendemain donc je ne pouvais pas vraiment retarder mon retour à Paris. Finalement, Bruno et Isabelle ont réussi à nous convaincre, Adrien et moi de se porter également volontaire.

Théoriquement, le vol était en overbooking mais on nous a indiqué que, c'est seulement à la clôture de l'enregistrement du vol qu'on pourrait nous confirmer si le vol est bel et bien effectivement plein. Au total il y avait 8 volontaires (donc 4 de notre groupe). Finalement, vers minuit trente, on nous annonça que le vol n'étais pas complètement plein et que nous devions partir comme prévu le soir même (dommage...). Bruno et moi avons eu à peine le temps d'aller dans le lounge que l'embarquement commençait. Notre vol partit à 1h45 du matin !

Après un vol d'un peu plus de 8 heures, nous sommes arrivés à Francfort aux environs de 7h30, heure locale, le mercredi 23 juillet. Notre vol final vers Paris était prévu pour 9h30. J'ai donc profité de mon temps libre pour aller dans le lounge Lufthansa. Bruno, Sergio, Isabelle et David voulant y aller (et ayant le droit qu'à un seul invité), je m'étais entendu avec eux pour amener chacun d'entre eux pendant 5 min dans le salon. J'ai donc commencé par amener Isabelle. À l'accueil, nous nous sommes rendus compte que les 2 préposées ne semblaient pas trop se préoccuper à vérifier les accès au salon. Une fois dans le salon, je suis donc ressorti pour y faire entrer David. C'est à ce moment-là que j'ai appris que Sergio et Bruno avait réussi à entrer par eux-mêmes dans le salon (alors qu'ils n'y avaient pas le droit d'y accéder sans moi). Au final, nous nous sommes tous retrouvés ensemble dans le salon. Ce fut un moment très spécial car, faire entrer 4 invités dans un salon est pratiquement impossible en temps normal.

Notre vol partit à l'heure et nous sommes arrivés à Paris vers 10h30 après un voyage de 2 sem et 8 vols totalisant 40 heures ! Le groupe s'est par la suite dissout.

Ceci met donc fin à l'ensemble des résumés de mon voyage que j'ai effectué dans le cadre des XXIIIè JMJ. Quel bilan je peux tirer de mon voyage ? Globalement, je pourrais dire que:

- Nous avons vraiment eu de la chance avec la météo tout au long de notre voyage. Il n'y a eu aucun jour de pluie à Sydney et la seule pluie que nous avons eu fut pratiquement lors de notre journée à Singapour (qui est en pleine saison des pluies d'ailleurs).

- Sydney est une ville beaucoup plus chère que ce à quoi je m'attendais (surtout pour l'alcool qui est nettement plus cher qu'au Canada). Mais apparemment, les salaires sont en conséquence.

- Les bénévoles rencontrés durant les JMJ étaient très sympathiques mais, malheureusement, n'étaient pas souvent en mesure de répondre adéquatement à mes questions. Ont-ils eu une formation ? Je ne pense pas....

- Comme lors des JMJ à Toronto, la qualité de la bouffe fournie était moyenne et on a rapidement compris pourquoi les pèlerins allaient dans des fast-foods pour se restaurer.

- Sydney est une ville où de plus en plus de français travaillent. C'est asser impressionnant. Et ceux que j'ai rencontrés veulent rester vivre en Australie.

- Les Australiens sont vraiment chaleureux et serviables...rien à voir avec les parisiens. On comprend pourquoi les Français qui sont parti là bas avec le visa "Vacances-Travail" veulent y rester.

- Comme vous avez dû sûrement constater dans mes articles, Laurent, un des responsables de notre groupe à manqué de sens d'organisation à plusieurs reprises au courant de notre voyage (arrivée tardive à Barangaroo ou à Randwick, arrivée trop hâtive à l'aéroport, messe finale pratiquement manquée...). Cela a malheureusement quelque peu gâché mon voyage et, parfois, j'avais même l'impression que notre groupe se faisait diriger comme un groupe de "scouts". De plus, il a voulu nous "imposer" le programme officiel des JMJ alors que ce programme là est, normalement, un programme que chaque personne est libre de suivre. Considérant le prix de notre voyage en Australie, il était normal que l'on profite de certains moments de la semaine pour faire du tourisme au lieu de suivre le programme officiel des JMJ. Bref, il aurait été plus simple pour moi de voyager seul ou d'y aller avec un groupe que j'aurais moi-même formé. Mais je regrette pas mon expérience puisque j'ai pu me faire quelques amitiés solides. Les prochaines JMJ auront lieu en 2011 à Madrid...je ne suis pas sûr d'y aller (personnellement, j'aurais préféré le Brésil ou la Corée du sud qui étaient des pays candidats) mais, si j'y vais, ce sera avec des personnes de mon entourage ou, voire, seul mais certainement pas au sein d'un groupe organisé.

Bref, mon voyage en Australie a confirmé ce que je pensais déjà sur les Australiens (ils sont très accueillants) et j'ai bien l'intention d'y retourner vers le mois d'avril ou le mois de mai prochain dans le cadre de mon 30è anniversaire (pour voir, entre-autres, la grande barrière de corail). De plus, Sergio, sa copine et moi, nous pensons peut-être, d'ici quelques années, tenter notre chance pour aller travailler là-bas. Why not ?

[Down Under 2008] Day 14: One day in Singapore

Les photos de notre journée à Singapour se trouvent ici.

Lundi 21 juillet
-------------------
La nuit fut réparatrice. Il faut dire aussi qu'après plus de 10 jours à dormir sur des matelas de sol avec un sac de couchage, cela faisait vraiment du bien de pouvoir dormir dans un vrai lit. Je me suis levé un peu avant 9h. Le petit-déjeuner servi par l'hôtel était presqu'en lien avec la qualité de notre hébergement, c'est-à-dire, très ordinaire. Le programme de cette journée était une visité guidée de la ville en bus avant de revenir à l'aéroport de Singapour afin de prendre notre vol pour Chennai à 20h30. Vers 10h, Diane nous annonça que le bus serait en retard et que notre tour guidé allait commencer plutôt vers 11h30. Pour occuper notre temps libre, Moses, Llyod et moi avons décidés d'aller magasiner dans un magasin d'électronique qui était situé à proximité de l'hôtel. Étant donné que je savais que l'électronique est (généralement) moins cher en Asie, j'ai regardé les prix des laptops. Dans le magasin, nous avons eu effectivement un bon accueil de la part des vendeurs. Cependant, comme je l'avais déjà observé lors de notre premier passage à Singapour, ici business is business et les vendeurs sont très commerçants. Je l'ai effectivement constaté lorsque le vendeur qui nous servait essayait de me faire un deal de vente sur 2 laptops si Moses en achetait un également. Par contre, le problème majeur était le fait qu'il nous indiquait les caractéristiques techniques des ordinateurs sans pouvoir nous fournir une fiche complète des spécifications de ces derniers et, de plus, il n'y avait aucune description affichée dans le présentoir...bref, peut-être qu'il nous bullshitait de l'information..mais peut-être pas ? On ne le saurait jamais. Mais ce fut une bonne raison pour Llyod, Moses et moi de ne rien acheter.

Un peu avant midi, nous sommes partis en bus pour un tour guidé de la ville. Fait intéressant, notre guide, parlant aussi bien français qu'anglais, avait des origines juives, chrétiennes et également musulmanes. Évidemment, nous avons commencé notre tour par des explications sur l'histoire de Singapour. Son histoire est jeune car il y a à peine 200 ans, cette région était tout simplement une jungle immense. Apparemment, il s'agit d'une ville assez modèle dans le monde car il s'agit principalement d'un pays d'immigration où la liberté de religion est totalement respectée (demander à quelqu'un sa religion est presque mal vu), les bidonvilles n'existent pas (les hlm sont très bien gérés), le taux de criminalité est presque nul (je n'ai vu aucun policier dans la journée) et évidemment, la ville est propre. Durant notre tour, nous avons eu l'occasion de voir la grande mosquée (qui ressemble dans un style architectural à une église chrétienne), l'ancien palais des gouverneurs, le canal et ses fameux gratte-ciels et aussi le fameux hôtel Raffles où le Singapore Sling fut inventé au début du XXè siècle.

En milieu d'après-midi, nous nous sommes arrêtés dans un centre commercial pour dîner. Je fus un peu surpris de constater que certains restaurants proposaient au menu des testicules de bœuf sautés à l'ail (je n'ai pas essayé...) ! Par la suite, notre tour guidé s'est poursuivi avec un arrêt dans un temple bouddhiste et une visite dans certains quartiers de la ville (sans toutefois s'y arrêter). Le tour était intéressant mais j'ai trouvé un peu dommage que l'on ait vu beaucoup de monuments et endroits sans nécessairement s'y arrêter sur place.

Vers 17h, nous sommes repartis en direction de l'aéroport. Encore une fois, personne ne compris la logique d'arriver à l'aéroport aussi tôt. En effet, nous avions plus de 3h devant nous et, de plus, nos bagages étaient déjà enregistrés jusqu'en Inde. En ce qui me concerne, j'ai profité de ce long temps libre pour acheter quelques souvenirs (dont une nouvelle bouteille de Singapore Sling car la première avait été vidée lors de notre nuit à Randwick) et passer du temps avec Sergio dans le salon Star Alliance de l'aéroport.

Notre vol partit vers 20h30 et, quatre heures plus tard, nous étions de retour en Inde sous une chaleur de 35 degrés. Il était déjà 22h30. Nous sommes retournés à AICUF pour y passer la nuit.

vendredi, août 08, 2008

[Down Under 2008] Day 13: Closing mass at Randwick and goodbye Sydney !

L'ensemble complet de mes photos prises en Australie se trouve ici.

Dimanche 20 juillet
--------------------------
Après quelques heures de sommeil, je me suis réveillé vers 7h30 du matin, sous un air humide et frais, par le chant des laudes qui se produisait sur la scène principale de Randwick. Durant l'attente de l'arrivée du pape sur le site (pour la tenue de la messe de clôture), j'ai eu l'occasion de discuter avec un couple d'origine française ayant habité 25 au Canada et habitant maintenant en Australie.

Le pape est finalement arrivé sur le site de Randwick vers 9h45 et la messe de clôture de ces JMJ débuta vers 10h devant plus de 300 000 personnes (aux JMJ à Toronto nous étions 800 000 lors de la messe finale). Quelques jours auparavant, Laurent nous avait mentionné que, considérant le fait que notre vol Sydney->Singapour était prévu pour 17h30 aujourd'hui (pour le groupe du séjour court), nous devions quitter le site de Randwick, en direction de l'aéroport, un peu avant la fin de la messe, i.e., immédiatement après la communion. La réalité fut tout autre. En effet, visiblement par peur de difficultés de circulation lors de notre trajet vers l'aéroport, Laurent décida de quitter le site dès 11h45 (alors que la messe était loin d'être terminée). Évidemment, cela provoqua beaucoup de déceptions au sein de l'ensemble du groupe et pratiquement tout le monde s'entendait pour trouver qu'il était beaucoup trop tôt pour partir; d'autant plus que le moment choisi n'était pas approprié (la cérémonie était rendue au moment de l'offertoire donc, évidemment, lorsque nous sommes passés devant la foule avec nos bagages, on se faisait regarder de travers). Même les indiens nous accompagnant ne comprenaient pas le sens de la logique de cette décision.

Nous avons donc quitté le site peu avant midi, après avoir dit au revoir à la seconde moitié de notre groupe (séjour long) qui allait passer 2 semaines de plus en vacances en Australie. Notre trajet en bus vers l'aéroport dura à peine 30 minutes et, au final, nous avions pris environ 1h15 porte-à-porte pour nous rendre à destination. Vers 14h30, l'ensemble de notre groupe était maintenant enregistré sur les vols Sydney-Singapour et Singapour-Chennai. Nous avions donc un temps libre à l'aéroport de...3 heures ! À ce moment-là, tout le monde a bien vu que la décision qu'avait pris Laurent de nous faire partir de Randwick avant midi manquait totalement de logique. Nous aurions pu très bien rester jusqu'à la fin de la cérémonie puis partir à 13h pour arriver à l'aéroport entre 14h et 15h !

Pour combler le temps libre que nous avions, j'en ai profité pour évidemment quelques bons vins australiens et passer du temps, en compagnie de Sergio, dans le salon Air New-Zealand (un chance que j'avais accès au salon...sinon je me serait vraiment ennuyé à errer dans l'aéroport). Contrairement à ce que mon frère m'avait déjà dit (il a déjà voyagé en Australie), ce salon ne servait pas de mouton néo-zélandais comme repas mais, par contre, il était vraiment exceptionnel en terme de qualité de nourriture. J'ai eu d'ailleurs l'occasion de parler brièvement à une employée du salon d'origine française qui habite en Australie depuis 25 ans !

Notre vol parti à l'heure (au revoir Sydney...) et, environ 7 heures plus tard, nous sommes arrivés à Singapour, un peu avant minuit heure locale. Au moment de passer le contrôle d'immigration, je fus un peu impressionné par la technologie mise en place: les citoyens du pays, peuvent éviter de passer les douanes en passant à travers un tourniquet automatique fonctionnant sur présentation d'un badge spécial. Le groupe rassemblé, nous sommes partis en direction de notre hôtel qui était situé près du centre-ville de Singapour (il était prévu que nous passions 1 journée dans ce pays). Étant dans une ville-pays très réputée pour, entre-autres, sa propreté, la plupart des personnes de notre groupe s'attendaient à avoir un hôtel de bonne qualité. Hélas, ce ne fut pas le cas car nous avons été logés dans un hôtel très rustique (à peine 1 étoile) au cœur du quartier indien de la ville.

Un peu plus tard en soirée, Bruno, David et moi avons décidés de sortir un peu à l'extérieur...question d'aller observer les environs. Étant très proche de l'équateur (à peine 37 km au nord), le temps était évidemment très chaud et humide, ce qui faisait un contraste important avec le temps frais que nous avions eu en Australie. Je fus très impressionné de constater que plusieurs magasins demeuraient ouvert durant la nuit. Nous avons même été dans un grand magasin, situé sur 3 étages, et, à 2h du matin, plusieurs personnes venaient magasiner dont certains avec leurs enfants ! Singapour est visiblement une ville "qui ne dort jamais".

Nous voulions également observer le canal circulant dans la ville mais, ce dernier étant situé à plusieurs km de notre hôtel, nous avons préféré retourner à notre hôtel pour aller dormir.

jeudi, août 07, 2008

[Down Under 2008] Day 12: Last australian night at Randwick with the pope

Samedi 19 juillet
---------------------
La journée de samedi marquait le début des 2 évènements clôturant les XXIIIè journées mondiales de la jeunesse. Comme à chaque JMJ, selon le programme officiel, il était prévu que l'ensemble des pèlerins convergent tout au long de la journée vers un site situé à l'extérieur de la ville afin d'assister, en soirée, à une veillée en compagnie du pape. Après la veillée, l'ensemble des jeunes dorment directement sur place, à la belle étoile, en attendant la messe de clôture du dimanche matin marquant la fin des JMJ. Pour ces XXXIIIè JMJ, le site choisi pour ces 2 évènements était l'hippodrome de Randwick, appelé pour l'occasion Southern Cross Precint.

Ce matin, nous nous sommes fait réveiller vers 7h. Pour la première moitié du groupe (séjour court) et les quinze indiens nous accompagnant, il était prévu que nous partions avec l'ensemble de nos bagages lors de notre départ vers Randwick car nous devions quitter l'Australie (en direction de Singapour) dès le lendemain après la messe de clôture.

Après le petit-déjeuner, Laurent nous donna des informations sur le déroulement de la journée. Selon son programme, après une messe célébrée sur la plage de Rockdale en compagnie d'un autre groupe de français, nous allions avoir un temps libre pour faire du magasinage dans la ville avec une possibilité de suivre, à la hauteur du Harbour Bridge (spécialement fermé pour l'occasion à la circulation automobile), la marche des pèlerins convergeant vers Randwick. Enfin, vers 16h, nous allions tous nous diriger vers le site de Randwick. Personnellement, pour avoir fait les JMJ à Toronto (à l'époque le site de la veillée était Downsview Park), je savais qu'il faut arriver assez tôt sur le site pour avoir des bonnes places (logique....) dans la section qui nous est attribuée. En conséquence, Isabelle et moi, nous trouvions que le programme proposé par Laurent manquait beaucoup de réalisme car il était clair que, partir vers Randwick en fin d'après-midi, était le meilleur moyen de manquer des bonnes places pour s'installer sur le site...sans compter le fait que de se promener toute la journée dans la ville avec l'ensemble de nos bagages n'avait aucun bon sens.

Vers 10h30, après la messe célébrée sur la plage, la majorité des personnes de notre groupe s'est dirigée vers North-Sydney afin de participer à une partie de la grande marche des pèlerins traversant le Harbour Bridge en direction de Randwick. Pour ma part, Isabelle, Sergio, David et moi avions pensé suivre cette marche pendant quelques km et, par la suite, se rendre directement en transport en commun à Randwick. La traversée du pont fut un moment exceptionnel (depuis son existence, c'était la 4è fois qu'il était réservé exclusivement aux piétons) surtout pour l'occasion de marcher en compagnie de jeunes du monde entier portant divers drapeaux. J'ai eu l'occasion de rencontrer, entres autres, des Fidjiens (qui étaient remarquables à leurs chants polynésiens) et même des Irakiens. Finalement, j'ai marché environ 3 km (sur les 7 km du circuit), de North Sydney jusqu'à Darling Harbour où Isabelle, moi et quelque autres personnes se sont arrêtés pour dîner. Étant un peu fatigués, nous avons finalement décidés de nous reposer sur place et de finalement rejoindre, à 16h, la totalité de notre groupe vers la gare centrale. Le groupe réuni, Laurent nous proposa de faire les 4 km à pied jusqu'à Randwick. Pour David, Isabelle, Sergio et moi, avec la marche que l'on venait d'effectuer (avec nos nombreux kilos de bagages), c'en était trop. Nous avons donc opté pour nous rendre sur le site directement en bus.

Arrivés sur place aux environs de 17h, ce fut sans surprise que la section qui nous était attribuée était déjà bien remplie. Par contre, j'ai été étonné qu'il n'y a eu aucun contrôle d'accès sur le site (nos passes n'ont même pas été vérifiées). Nous avons réussi néanmoins à trouver quelques places pour s'installer et, bien que nous étions loin de la scène, nous étions dans un bon axe de vue de cette dernière. Environ 20 minutes plus tard, le reste de notre groupe (ceux qui avaient opté pour marcher jusqu'au site) arriva et, évidemment, n'ayant plus de places dans notre section (arrivée tardive...), le groupe a dû se placer dans 3 sections en arrière avec, évidemment, comme résultat une moins bonne vue sur la scène (c'était les conséquences du manque d'organisation de Laurent). Finalement, Sergio, Isabelle, moi et les autres personnes qui étaient arrivées plus tôt avons décidés de changer de section pour rejoindre l'ensemble de notre groupe.

En entendant l'arrivée du pape pour la soirée, je me suis promené un peu sur le site (en compagnie d'Isabelle et de Sergio) afin de pouvoir m'acheter un t-shirt souvenir des JMJ et aussi un drapeau canadien en grand format (j'avais perdu le mini-format lors de la marche de la journée) qui fut très utile pour faire signer les pèlerins du monde entier rencontrés ici et là sur le site au courant de la soirée.

Vers 19h30, le pape arriva et la veillée commença. Il s'agissait d'une soirée, d'environ 2 heures, composée de divers témoignages de jeunes et de discours de Benoit XVI sur le thème principal de ces JMJ (qui était le Saint-Esprit). Nous étions environ 250 000 jeunes à y participer. À la fin de la veillée, n'ayant pas de sacs de couchage pour dormir (les sacs de couchage sont presque inexistants en Inde), les quinze indiens de notre groupe (à l'exception de Moses qui était habitué au froid) quittèrent le site pour aller dormir dans un hôtel au centre-ville. C'est par un temps plus frais (6 ou 7 degrés) que notre nuit à la belle étoile débuta par la suite. Pour commencer, quelques gorgées de Singapour Sling (la bouteille que j'avais achetée à Singapour) donnèrent un peu d'énergie à quelques personnes de mon groupe. Ensuite, quelques artistes donnèrent des concerts sur la scène principale du site jusqu'aux environs de 22h (aux JMJ à Toronto, le concert se terminait beaucoup plus tard...). Pendant ce temps, Sergio et moi, nous nous promenions sur le site afin de repérer quelques "endroits de party". Pour avoir vécu les JMJ à Toronto, je savais que le meilleur moment de la nuit pour fêter était aux environs de 1h du matin. Je décida donc de dormir quelques heures...le temps de reprendre des forces.

Vers 1h du matin, je me réveille donc et l'humidité accentuant la sensation de froid, j'ai dû me rajouter une 3è couche de vêtements sur le dos. La majorité des jeunes de mon groupe dormaient déjà. Adrien était réveillé et il me proposa de marcher en direction de la scène afin d'aller voir cette dernière de plus près. Malheureusement, la configuration des barrières entre les sections fit en sorte qu'il n'était pas possible d'emprunter le couloir menant directement au premier rang devant la scène et nous avons dû rebrousser chemin. De retour dans notre section, un nouveau rassemblement de plusieurs centaines de personnes venait de se créer à proximité pour faire le party. Je me suis intégré à eux et il y avait principalement des italiens, des américains, des libanais, des mexicains, des brésiliens et des espagnols. L'ambiance était plus que festive et. fait particulier, de temps en temps, quelqu'un scandait "Aussies, Aussies, Aussies.." et la foule de répondre "Oye Oye Oye" (slogan australien). Finalement, j'ai été me coucher ver 3h30 du matin.

Reportage (dernier) de cette journée produit par Guillaume :


Les Fidjiens chantant sur le Harbour Bridge:
video

Ambiance dans ma section vers 1h du matin @ Randwick:
video

Party vers 2h du matin:
video

mercredi, août 06, 2008

[Down Under 2008] Day 11: Shopping at Paddy's market and discovery of Bondi Beach

Vendredi 18 juillet
-----------------------
Pour le réveil de ce matin, de retour aux vieilles habitudes: les bénévoles "cinglés" ont annoncé le petit-déjeuner vers 7h15 du matin ! Après le petit-déjeuner, Laurent organisa une petite réunion du groupe entier afin de nous donner quelques informations sur la suite des jours à venir. Pour aujourd'hui, il avait, semble-t-il, décidé que la matinée serait libre pour les quinze indiens nous accompagnant tandis que le reste du groupe irait assister à la dernière catéchèse qui était prévu selon le programme officiel.

En ce qui me concerne, comme hier, j'ai décidé de déserter le groupe en compagnie de Bruno, Isabelle, David et Sergio car, de toute façon, nous nous étions entendus avec les indiens pour les accompagner pour une séance de magasinage dans le centre-ville de Sydney. Comme hier, David nous avait donné rendez-vous vers 9h15 à la gare de Rockdale. Pour déserter le groupe discrètement, Sergio, Isabelle et moi avons quitté notre centre d'hébergement par une rue intermédiaire. Malheureusement, cette rue donnait sur un cul-de-sac et, pour aller à la gare, nous devions repasser près de notre lieu d'hébergement (et repasser par là comportait certains risques de se faire "pincer" par laurent) . Sergio eu l'idée de faire du "pouce" (faire du stop) et c'est sans trop de difficultés que nous avons réussi à nous rendre à la gare grâce à un Australien (qui était très sympatique) habitant dans le secteur.

Pour l'achat de souvenirs d'Australie, on nous avait conseillé le Paddy's market, sorte de marché aux puces immense situé près de Darling Harbour. J'ai donc passé la matinée dans ce marché en compagnie de Sergio, Isabelle, quelques indiens et aussi quelques "déserteurs". La première chose qui frappe dans ce marché est la grandeur (on dirait un gigantesque hangar), les vendeurs (avec une très forte majorité chinoise, on se croirait dans un marché pékinois) et, évidemment, les prix (par exemple, 3 t-shirts pour 10 $). Évidemment, le faible coût a une explication: les produits sont majoritairement fabriqués en Chine. En ce qui me concerne, j'en ai profité pour acheter quelques t-shirts, boomerangs, un drapeau australien et un mini drapeau canadien (question d'identifier mon origine durant les JMJ). J'ai même passé de près de me faire arnaquer: à un kiosque de vente, je m'apprêtais à acheter un didgeridoo "petit format" (moins de 1 m de longueur) pour environ 45 $. Au moment où j'allais payer, tandis que je parlais à Sergio, un australien m'a abordé et m'a fortement déconseillé d'acheter des didgeridoos dans un marché au puce dû à leurs qualités moyennes en terme de rendement sonore. J'ai donc renoncé à l'achat.

En début d'après-midi, après avoir dîné près de la gare centrale, nous avons décidé de passer l'après-midi à Bondi Beach qui est sûrement la plage la plus célèbre de Sydney pour le surf. Par contre, je me suis rapidement rendu compte que c'est loin d'être la meilleure plage..d'abord en terme de qualité des vagues (Manly Beach est plus impressionnant) et, ensuite, les graffitis sur les murs gâchent littéralement le paysage. Malgré tout, l'ambiance était cool et il y avait possibilité de louer des planches de surf ou des bodyboards à prix modique. En ce qui me concerne, pour 10 $ pour 90 min (dont 30 min gratuites), j'ai loué un bodyboard incluant les palmes et la combinaison thermique (il ne faut pas oublier que l'eau était seulement à 18 degrés).
Il y avait une forte présence de pèlerins (principalement allemands mais aussi plusieurs italiens) tout au long de la plage. La plupart (dont moi) restèrent à la plage jusqu'au coucher du soleil, ratant du coup le chemin de croix qui était prévu dans les rues du centre-ville (on ne pouvais pas tout faire non plus..).

En début de soirée, Bruno et moi avons rejoins Isabelle, Sergio et David au centre-ville. Nous avons été souper dans un bon restaurant italien où nous avons eu l'occasion d'avoir une serveuse d'origine française. Nous avons un peu discuté avec elle et elle nous a parlé du "phénomène" des français s'établissant en Australie qui augmente de plus en plus (à titre indicatif, uniquement dans son milieu de travail, il y avait 4 autres français travaillant avec elle). Évidemment, nous avons en avons profité pour essayer quelques bons vins australiens.

Plus tard en soirée, sur notre chemin de retour, nous nous sommes arrêtés un moment dans un bar discothèque latino. Comme la veille à King's Cross, à l'exception des bières, les alcools sont chers (le mojito se vendait près de 15 $...j'ai opté plutôt pour la bière). Par la suite, nous sommes rentrés à Rockdale.

Reportage de cette journée produit par Guillaume (reportage axé sur le chemin de croix que je n'ai pas suivi):


dimanche, août 03, 2008

[Down Under 2008] Day 9: Manly Beach rocks

Mercredi 16 juillet
------------------------
Comme la veille, nous nous sommes fait réveiller ce matin vers 7h30 par les bénévoles nous annonçant le début de la période du petit-déjeuner (lorsque j'étais aux JMJ à Toronto, il n'y avait pas ces "conneries" et les bénévoles nous laissaient dormir tranquillement). Selon le programme officiel, la journée commençait par une période de catéchèses. Ces dernières consistent, généralement, en un enseignement sur un thème particulier (en lien avec le thème général des JMJ) qui est donné par un archevêque suivi d'une discussion en petits groupes et d'une période de questions. Une messe clôture la catéchèse qui se termine vers midi. Elles se passent dans diverses paroisses généralement situées à proximité chaque lieu d'hébergement des pèlerins. En ce qui nous concerne, la catéchèse en français se tenait dans l'église qui est juste à côté de notre site d'hébergement. Les indiens, quant à eux, allaient à une catéchèse en anglais dans une autre paroisse (qui était située à 30 min environ de notre lieu).

Ce matin, Bruno, David, Isabelle et Adrien n'avait pas l'intention d'assister à la catéchèse du matin et optèrent plutôt pour se diriger vers les diverses plages sur la rive nord de Sydney, à commencer par Manly Beach. Évidemment, ils prirent soin d'avertir Laurent de leur absence de la journée. Contrairement à la veille, leur absence se semblait pas faire son affaire et il péta un câble devant Bruno pour les dissuader de leur "désertion" du groupe. Hasard des choses, l'archevêque de Créteil (celui qui devait donner l'enseignement d'aujourd'hui) arrivait devant l'église au moment même où Laurent engueulait Bruno...ce qui fit évidemment mauvaise impression. Au final, Bruno et les autres firent semblant de se diriger vers le lieu de la catéchèse en anglais pour se déserter un peu plus loin.

En ce qui me concerne, j'ai choisi d'assister à la catéchèse en anglais pour diverses raisons dont le fait que notre lieu de catéchèse en français était, selon moi, trop composé majoritairement de français et pas assez représenté par d'autres nations francophones dans le monde (d'ailleurs apparemment il n'y avait que très peu de Québécois...ils devaient sûrement être sur un autre site). Ce matin, l'enseignement était donné par l'archevêque de Melbourne. Contrairement à toute attente, après son enseignement, il n'y a pas eu de période de discussions en groupes ou de questions et il décida d'enchaîner la matinée plutôt directement sur un temps d'adoration suivi d'une messe. Je sorti dehors de l'église pendant un certain temps et je ne fus pas trop étonné de voir quelques indiens de notre groupe (et quelques autres personnes aussi) se reposer sous le soleil dans l'herbe...même quelques Pères indiens étaient d'accord pour dire que la catéchèse était ennuyeuse et qu'ils ne seraient pas sûrs de revenir le lendemain matin. Finalement, avoir su, j'aurais peut-être du aller aux catéchèses en français car, contrairement à nous, ces dernières (dirigées par l'archevêque de Créteil) comportaient une bonne période de discussions/questions.

Vers midi, c'était l'heure du dîner et, pour l'occasion, l'organisation des JMJ avait prévu un bbq sur le site de chaque catéchèse. Ce fut pour moi l'occasion de discuter avec des Australiens et des Néo-zélandais qui étaient avec nous le matin durant la catéchèse.

Dans l'après-midi, selon le programme officiel, il y avait le "festival de la jeunesse" qui consiste en une série de concerts, expositions, films. pièces de théâtre ou forums présentés dans plusieurs endroits dans la ville. Le hic c'est que, contrairement aux JMJ à Toronto, le programme de ces spectacles n'était pas inclus dans le sac à dos du pélerin (sans doute un oubli majeur..) et il fallait consulter le site internet officiel pour avoir toutes les informations. En ce qui nous concerne, Sergio, moi, les quinze indiens et quelques autres personnes avons décidés (sur la suggestion de Laurent) d'aller passer l'après-midi à Manly Beach qui est une plage située sur la rive nord de Sydney (qui est d'ailleurs une des plus belles plages dans la région). Pour y aller, nous avons du prendre un ferry (qui est un peu cher d'ailleurs) à bord duquel nous avons pu avoir une vue magnifique sur l'opéra et le Harbour bridge.

Vers le milieu de l'après-midi (au total nous aurons pris presque 2h pour nous rendre à la plage...c'est l'inconvénient des trajets en groupe...), nous sommes arrivés à destination: belle plage avec beaucoup de "rouleaux"..un des meilleurs spots de surf dans la région. Beaucoup de pèlerins avaient eu la même idée que nous car la plage était "remplie" de sacs à dos de couleur rouge et jaune (les couleurs du sac à dos du pèlerin). J'ai eu l'occasion de rencontrer quelques nationalités comme, par exemple, des croates, slovaques, brésiliens ou tchèques. J'ai eu aussi (enfin) l'occasion de rencontrer des Québécois de Montréal. Depuis mon arrivée à Sydney, j'avais rencontré plusieurs Canadiens (dont principalement d'Alberta) mais, pour une raison inconnue, très peu de Québécois (malgré leur présence importante aux JMJ semble-t-il). Avec un chandail des Canadiens, ils étaient très faciles à reconnaître.

Vers 17h00, Sergio, Moses, Llyod et moi avons quitté Manly Beach pour revenir au centre-ville afin de prendre une verre avec une amie à moi (d'origine française) qui habite à Sydney pour y travailler pour au moins 1 an. Nous avons été dans un bar près de la Sydney tower qui est située au dernier étage d'un centre commercial et dont la terrasse extérieure est sur le toit de l'édifice. Nous avons eu l'occasion de discuter avec elle des meilleurs endroits à voir à Sydney avant notre retour et aussi de l'ambiance quotidienne au travail et dans la ville.

Plus tard en soirée, Sergio, Moses, Lloyd et moi, nous désirions aller chercher notre souper qui était fourni par l'organisation des JMJ. Apparemment dû à des problèmes de logistique, plusieurs points de distribution des repas étaient déjà fermés à cette heure là (il était à peine 20h30) et les bénévoles nous donnaient des indications très sommaires. Nous nous sommes promenés de site en site (du Entertainment center au Circular Quay jusqu'à Barangaroo) à la recherche de notre souper. C'est finalement à Barangaroo que nous avons pu récupérer notre souper (dont la qualité était, comme aux JMJ à Toronto, très moyenne. On comprend alors qu'il n'est étonnant de voir beaucoup de pèlerins se restaurer dans des fast-foods de la ville). Par la suite, je désirais aller faire un tour dans le quartier King's Cross avec Sergio, Moses et Lloyd mais ces derniers préfèrent rentrer à Rockdale. Pour ma part, je me promena un peu au centre-ville (qui était quand même très calme dans un contexte "JMJ") et finalement décida de rentrer à Rockdale et de reporter mon idée de visite à King's Cross pour le lendemain.

Reportage de cette journée produit par Guillaume:


Vue sur la baie de Sydney à partir du ferry:
video

Vue sur Manly Beach:
video

samedi, août 02, 2008

[Down Under 2008] Day 8: Amazing Blue Mountains

Mardi 15 juillet
-------------------
La nuit fut bonne et quelque peu réparatrice. Vers 7h15 du matin, nous nous sommes fait réveiller par les bénévoles de notre lieu d'hébergement qui nous annonçaient le début du petit-déjeuner. Apparemment, pour des raisons logistiques (vacances scolaires obligent), l'école où nous dormions devait fermer tous les jours entre 9h et 19h30..ce qui explique notre réveil (trop) matinal. Le petit déjeuner fourni par les bénévoles était "correct".

Cette journée de mardi marquait le jour officiel du lancement des XXIIIè JMJ avec la messe d'ouverture présidée par l'archevêque de Sydney (suivi d'un concert) qui était prévue en fin d'après-midi à Barangaroo (site situé entre Circular Quay et Darling Harbour à Sydney). A part cet évènement officiel, aucun autre évènement majeur n'était prévu aujourd'hui selon le programme officiel des JMJ. Pour occuper la journée, David me proposa de ne pas suivre le groupe et d'aller visiter les Blue Mountains qui est une série de formations géologiques spectaculaires situées en banlieue au nord de Sydney. Cette proposition se répandit de bouche à oreille au sein de quelques personnes du groupe si bien qu'au final, nous étions 7 ou 8 à partir en excursion. Après avoir averti Laurent de notre absence de la journée (ce qui ne semblait pas lui causer problèmes), nous sommes partis en direction de la gare centrale de Sydney. Pour aller aux Blue Mountains, il fallait prendre un train jusqu'à Katoomba qui est une ville située à environ 110 km à l'ouest de Sydney. Malgré sa distance pas trop éloignée, nous avons mis 2h pour nous rendre à destination (le train s'arrêtant dans plusieurs gares).

Vers 13h, nous voici enfin arrivés à destination. Première étape: un bureau d'informations touristiques. Les Blue Mountains sont composées d'un circuit touristique comportant plus d'une vingtaine de points d'observations et points d'intérêts. Pierre-Yves, Bruno et Claire décident alors de faire une partie du circuit à pied. Quant au restant du groupe (David, Sergio, Isabelle, Marc et moi), nous avons décidés, sur suggestions du centre touristique, de prendre un forfait de type "get-in/get off" (forfait nous permettant de prendre un bus faisant l'ensemble du circuit et qui nous permet de s'arrêter à chaque point du circuit que l'on désire visiter).

Notre premier arrêt fut le Scenic World qui est un site d'observation comportant un sentier au fond d'une vallée. Pour y accéder, on emprunte un train qui descend de 415 m d'altitude en quelques minutes: c'est le train le plus abrupte au monde ! Pour remonter à l'entrée du site, on remonte en téléphérique. Sur notre chemin, nous avons eu l'occasion de rencontrer des coréens et des allemands qui participaient eux-aussi aux JMJ.

Notre second point d'arrêt fut les fameuses "Three Sisters", une formation géologique de 3 rochers contigus qui est un symbole important dans la culture aborigène du pays.

Notre dernier point d'arrêt fut des chutes d'eau (dont, malheureusement, je ne me souviens plus du nom). Nous avions l'intention aussi d'aller observer les Gordon Falls situées à proximité mais les mauvaises indications du sentier nous fit perdre du temps et rater un bus sur notre horaire. Finalement, nous avons dû prendre le dernier bus de la journée (qui était vers 17h) et oublier les Gordon Falls. Vers 17h15, nous étions de retour à Leura (gare à proximité de Katoomba) pour pouvoir rentrer à Sydney. Évidemment à cette heure-là, il était clair que nous étions entrain de manquer la messe d'ouverture mais, avec la quantité de jeunes du monde entier que nous avions rencontrés sur le site (dont un prêtre), il était clair que nous n'étions pas les seuls à ne pas suivre le programme officiel. En attendant notre train, nous avons eu l'occasion de discuter avec 2 californiennes venues aussi pour les JMJ.

De retour à Sydney, nous avons soupé au Hungry Jack's qui est tout simplement la réplique australienne de Burger King (en fait, lorsque Burger King a voulu s'installer en Australie, cette raison sociale existait déjà dans le pays. Ils ont alors décidés de s'appeler Hungry Jack's). Par la suite, nous avons fait un tour sur le site de Barangaroo pour voir une partie du concert (ou plutôt la fin du concert qui avait débutée à 18h). Nous sommes rentrés ensuite à Rockdale où la soirée se poursuivi autours de quelques discussions. Apparemment, cette journée fut ennuyante pour le reste de notre groupe (ceux qui n'avaient pas été aux Blue Mountains) dû, encore une fois, à des problèmes d'organisation de Laurent (semble-t-il que le matin, il voulait amener le groupe à visite une Cathédrale qui se trouvait fermée mais ouverte durant leur période de dîner) et plusieurs personnes regrettaient de ne pas être venues avec nous.

Reportage de cette journée produit par Guillaume (en fait la journée que 7 autres personnes et moi avons manquée (on a pas dû manquer grand chose...) dû à notre excursion dans les Blues Mountains) :


Vue sur les fameuses Three Sisters:
video

[Down Under 2008] Day 7: Discovery of Sydney for the first time

Lundi 14 juillet
--------------------
Après un bon 11 heures de vol à partir de l'Inde, nous voici enfin arrivés à Sydney. Au total, depuis notre départ de Paris, nous aurons mis environ 20 heures de vol au total pour arriver aux pays des Koalas. Dès notre sortie de l'aéroport, le choc thermique fut un peu "violent": Partis sous une chaleur indienne de plus de 35 degrés, nous voici maintenant sous un air frais avec une température d'à peine 7 ou 8 degrés. Nous sommes en plein hiver austral et, durant cette période, le climat dans la région de Sydney est particulier: il fait très frais le matin (à peine 5 ou 6 degrés) et la température peut monter jusqu'à 17 ou 18 degrés dans la journée (nous obligeant ainsi à enlever quelques couches de vêtements).

Nous avons donc quittés l'aéroport pour nous diriger vers notre centre d'hébergement (qui nous avait été assigné lors de notre inscription) situé à Rockdale, à une dizaine de km au sud du centre-ville. Pour les JMJ, la plupart des participants dorment dans des gymnases ou des écoles qui ont été spécialement aménagés pour l'occasion. D'autres ont plus de chance et ont l'occasion d'être hébergé dans des familles. En ce qui concerne notre groupe, notre lieu d'hébergement était une école primaire jouxtant l'église St-Thomas et située à 5 min à pied d'une superbe plage (qui est une baie) donnant une vue directe, à l'horizon, sur les pistes et le tarmac de l'aéroport !

À notre arrivée au site, nous recevons l'accueil chaleureux de plusieurs bénévoles qui sont, pour la plupart, des locaux habitant à proximité. Pour l'occasion, une collation nous est offerte dans la salle communautaire. C'est aussi l'occasion pour les indiens de prendre quelques vêtements supplémentaires, donnés gratuitement par la paroisse, pour s'équiper contre l'hiver austral. Pour moi, étant habitué aux hivers Québécois, il ne faisait pas trop froid...mais pour les indiens (dont certains découvraient l'hiver pour la 1ère fois,), c'est une autre histoire. En ce qui me concerne, j'en ai profité pour passer de ma tenue d'été en tenue "jeans et chandail". À peine arrivé, je sens cette chaleur australienne que les gens dégagent dont j'avais déjà entendu parler (rien à voir avec les Parisiens). En ce qui me concerne, cela faisait déjà quelques années que je rêvais de voir Sydney et voilà un rêve que j'étais entrain d'accomplir.

Vers 9h, nous avons eu l'occasion d'avoir une messe "de bienvenue" très rapide avec quelques paroissiens et le curé de la paroisse. Par la suite, la 2è partie de notre groupe (séjour long) arrivèrent à Sydney (ils n'avaient pas pris le même vol Singapour-Sydney que celui du groupe du séjour court). Plus tard en matinée, nous avions un temps libre et, en ce qui me concerne, j'en ai profité pour aller faire un tour à la plage à proximité. J'ai eu l'occasion aussi de discuter avec un Australien sur la culture du pays et j'ai appris que, contrairement à ce que je croyais, Brisbane n'est pas du tout une ville pour le surf.

De retour sur notre site d'hébergement, un peu avant midi, nous avons reçus enfin notre précieux sésame: notre sac à dos du pèlerin. Il s'agit d'un sac dans lequel on retrouve, entre autres, notre fameux pass nous permettant d'utiliser les transports en commun gratuitement à Sydney durant les JMJ. Sur notre site, j'ai rencontré également quelques Québécoises mais, malheureusement, elles étaient hébergées dans des familles à proximité donc je n'ai pas eu l'occasion de leur parler à d'autres moments durant la semaine.

Par la suite, nous sommes allés, l'ensemble du groupe, à la plage pour un pic-nique du midi. Au courant de l'après-midi, un petit avion a dessiné dans le ciel, avec des signaux de fumée, un symbole de croix suivi de "Jesus". C'était très impressionnant à voir (mais je me demande aussi combien a dû coûter une telle opération).

Après le dîner (déjeuner), le reste de notre journée était libre et nous sommes partis vers le centre-ville de Sydney, à la découverte de la ville et des gens. Pour moi, la 1ère chose à voir était évidemment l'opéra avec le fameux Harbour bridge.

Arrivé au centre-ville, je suis dans le quartier de "La City", quartier des affaires donnant sur la baie de Sydney. Avec ses gratte-ciels donnant sur le pacifique et les immeubles d'un style victorien, la ville me fait penser un peu à certains paysages et architectures que j'ai déjà vus à Vancouver. Arrivé devant l'opéra, je rencontre plusieurs personnes de diverses nationalités venues pour les JMJ: argentins, italiens, néo-zélandais, espagnols...

Sur les marches de l'opéra, je retrouve David, Bruno, Sergio et quelques indiens de mon groupe. Quittant l'opéra, nous nous dirigeons vers Circular Quay à la recherche d'une boutique vendant des drapeaux (on voulait trouver un drapeau canadien et indien). Malheureusement, notre recherche fut infructueuse.

Comme je me l'attendais, à ce temps-ci de l'année, le soleil se couche très tôt sur Sydney. Aux environ de 17h30, il faisait déjà nuit. Il va s'en dire qu'avec la nuit parisienne qui commence seulement à 22h, le différence était énorme (par contre en Inde il faisait nuit vers 18h30).

Aux environs de 20h, fatigués par la marche (et le manque de sommeil) nous avons décidés de rentrer vers notre hébergement à Rockdale. Arrivé à destination, la soirée se poursuivi, malgré notre fatigue, dans une pizzeria située à proximité où nous avons eu l'occasion de goûter à un bon Chardonnay australien.

Reportage de cette journée produit par Guillaume :


Vue sur l'aéroport à partir de la plage - Part I:
video

Vue sur l'aéroport à partir de la plage - Part II:
video